Energie

 

Objectif : atteindre l’autonomie énergétique pour le peuple de France à l’horizon 2035 !

Notre monde se trouve actuellement aux croisées de plusieurs voies possibles pour son devenir proche.

L’humanité est à l’instant même confrontée à de telles attaques, de tels tourments, qu’il lui faut absolument trouver une issue afin de lui épargner le pire.

De tout temps, nous avons cherché à domestiquer les forces de la nature afin de façonner et modifier à notre avantage l’environnement qui est le nôtre. Cette attitude totalement ancrée dans la nature humaine est louable à partir de l’instant ou parallèlement à cette empreinte matérielle nous mettons aussi tout en œuvre pour développer notre activité cognitive afin qu’un équilibre puisse s’instaurer entre développement de la société marchande et société humaine.

Après plusieurs millions d’années d’évolutions sur la surface de cette planète, la Terre, le constat est terrible :

Nous sommes actuellement plus de sept milliards d’êtres humains (près de 10 milliards à l’horizon 2050…) qui demain matin vont venir réclamer encore plus d’énergie pour leur confort et développement. Mais réellement, cette énergie, en dehors des énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole) dont il ne nous reste qu’à peine 120 ans pour le charbon, 65 ans pour le gaz et seulement entre 30 et 40 ans pour le pétrole ! Où allons-nous la trouver ?!

Depuis le XIXe siècle, les hydrocarbures ont très fortement contribué au développement et à l’évolution des sociétés marchandes et humaines. Le pétrole, même employé en petites quantités, fournit une énergie suffisante pour faire tourner les moteurs des véhicules et des machines. Toujours associé au pétrole dans les gisements d’hydrocarbures, le gaz naturel est lui aussi un combustible très énergétique. On l’utilise par exemple pour l’alimentation de centrales électriques ou dans un cadre domestique (chauffage, cuisson, production d’eau chaude…).

Cependant, la dépendance des sociétés modernes par rapport au pétrole et au gaz est devenue aujourd’hui un des plus grands défis qu’il nous faut affronter. Face à la raréfaction des gisements d’hydrocarbures exploitables, devant la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique, des solutions doivent absolument être trouvées au plus tôt, au maximum dans les 10 à 30 prochaines années : s’il s’agit par exemple d’utiliser plus efficacement l’énergie disponible et d’employer davantage les sources d’énergie renouvelables, en complément des hydrocarbures, c’est un début, mais absolument non suffisant, tant dans son efficacité pour la société humaine que dans sa rentabilité pour la société marchande.

Un constat

Énergie et environnement

Besoins croissants en énergies, changement climatique, maîtrise de la consommation d’énergie, gestion des déchets, marées noires…Les questions environnementales et énergétiques sont indissociables. Dans ce contexte, produire et consommer l’énergie, tout en limitant les impacts environnementaux, devient un défi majeur du XXIe siècle. Acteurs publics et privés du secteur de l’énergie investissent dans la recherche et le développement des solutions innovantes (amélioration de l’efficacité énergétique, stockage de l’énergie, captage et stockage du CO2, gestion durable des forêts…), mais au vu des résultats actuels et prévisionnels, cela n’est pas suffisant, loin de là !

L’énergie au quotidien

Depuis toujours, les hommes ont besoin d’énergie. Source de progrès et de développement économique, elle leur permet d’accroître et de diversifier leurs activités. Cependant, dans un contexte de réchauffement climatique à maîtriser, producteurs d’énergie, utilisateurs et consommateurs ont bien pris conscience de la nécessité de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Des économies d’énergie doivent donc être réalisées. Mais comment demander à un pays comme la France de restreindre ses consommations d’énergie alors que la demande est sans cesse croissante ? Il nous faut trouver rapidement d’autres solutions !

Des énergies renouvelables encore inégalement réparties

Les ressources naturelles renouvelables ont désormais leur place à prendre dans un approvisionnement énergétique équilibré. Obtenir chaleur, électricité et carburant à partir du vent, de l’eau, du soleil, de la terre où du bois offre de nouvelles opportunités.

La production mondiale d’électricité est redevable aux énergies renouvelables à hauteur de 19,6 % en 2010. Un total qui doit beaucoup à l’hydroélectricité. Mais cela est trop peu !

Nous nous devons de mettre tout en œuvre pour permettre l’équilibre énergétique en France et sur toute la planète, et pour cela, il nous faut trouver rapidement une nouvelle source et forme d’énergie fiable, propre, sécuritaire et absolument abondante, en dehors des énergies fossiles précédemment citées.

L’énergie, demain…

Face au défi de la demande croissante en énergie et à la question centrale du réchauffement climatique, il est aujourd’hui effectivement nécessaire d’imaginer un nouveau mix énergétique, par exemple en combinant énergies fossiles et énergies renouvelables, peu ou pas émettrices de gaz à effet de serre. Pour y parvenir, les acteurs (entreprises, experts, start-ups, chercheurs, universités…) travaillent actuellement à des solutions énergétiques innovantes, toujours plus efficaces et plus économes. Mais une fois de plus, face à des enjeux contradictoires et à l’urgence du temps qui joue contre nous, les possibles progrès dans l’ensemble de ces domaines ne suffiront pas !

Tous les efforts menés sur le terrain par les femmes et hommes de bonnes volontés seront malheureusement vains si nous ne prenons pas réellement conscience de l’extrême urgence de la situation concernant la transition énergétique française et mondiale face à la disparition programmée des énergies fossiles, en premier le pétrole, à l’horizon 2050, c’est-à-dire, demain !

En dehors des conflits malheureux présents actuellement sur la surface de la planète Terre, il en est  d’autres qui sont déjà à nos portes et qui, s’il n’est pris des décisions radicales, remarquée et remarquable, viendront balayer tel un ouragan dévastateur tous les efforts positifs dirigés pour le bien de la population française et de l’humanité tout entière. Ces conflits en cours non visibles directement par nos sociétés sont notamment au nombre de quatre principalement :

  • L’énergie 
  • L’eau 
  • La nourriture 
  • La démographie 

 

Quelle trajectoire adopter pour atteindre le mix énergétique en 2025 pour la France ?

 

  • Déployer sur l’ensemble du territoire français, près des côtes notamment, des centrales thermiques solaires à très haut rendement énergétique. Nous avons la technique et la technologie, il faut seulement une décision ferme et audacieuse !

Centrales thermiques à capteurs cylindro-paraboliques, une solution totalement viable et réalisable de suite :

Dans les centrales à capteurs cylindro-paraboliques, le fluide dans le circuit primaire est chauffé par le soleil et ensuite il chauffe à son tour l’eau d’une chaudière à vapeur, elle-même reliée à une turbine et à un alternateur pour produire de l’électricité.

Cette technique solaire est similaire à celle utilisée dans les centrales thermiques conventionnelles. Cependant, les combustibles fossiles ou nucléaires sont remplacés par l’énergie solaire.

Avantage évident de rendement avec zéro impact sur l’environnement et la sécurité des humains et toutes espèces vivantes !

La puissance totale opérationnelle à ce jour dans le monde est de : 1 265,65 MW /an

La puissance totale en construction à ce jour dans le monde est de : 2 274,90 MW /an

Rien qu’aux Etats-Unis, la puissance totale en projet à ce jour est de : 7 110,00 MW /an

Les besoins en électricité par an en France sont en moyenne de 500 TWh.

 

La France compte actuellement 19 centrales nucléaires, 58 réacteurs, produisant en moyenne 1.100 MW chacune. La Production nucléaire est de 77% de la production électrique française.

 

Le plan énergétique que je propose pour la France est d’arrêter progressivement, mais totalement la filière nucléaire afin de la remplacer par la filière propre, non létale et absolument abondante et disponible par et pour tous : les centrales solaires thermiques à très haut rendement !

 

Plusieurs types de centrales solaires à très haut rendement à produire très vite sur le territoire français :

 

  • Centrales solaires thermiques à concentration
  • Centrales solaires thermiques à générateur Stirling
  • Centrales solaires thermiques à miroir de Fresnel

 

Pas de gâchis pour l’ancienne filière : la nouvelle filière vient notamment se greffer sur l’ancienne en venant récupérer en-dehors des chaudières nucléaires, la totalité du savoir-faire (les échangeurs, les turbines, les alternateurs…), afin de venir coupler le tout à des « chaudières solaires » de très grande puissance, de très grandes tailles à très haut rendement, tout en stockant l’énergie dans des sels fondus, à 400°C ou en utilisant une autre méthode très prometteuse, celle d’échauffer de l’air comprimé à une pression de l’ordre de 10 atmosphères. Cet air est ensuite détendu dans une turbine, un peu comme de l’air sortant d’un ballon qui se dégonfle, sur le principe des turbines à gaz.

 

Pour remplacer la totalité du parc nucléaire français tout en produisant l’équivalant en électricité par centrale, il suffirait de transformer 70 000 hectares de la surface totale de la France en production solaire thermique à très haut rendement !

 

En plus de nous permettre d’atteindre l’autonomie énergétique, cette filière naturelle et logique nous permettra de combiner les techniques et technologies pour :

 

  • Assurer le dessalement de l’eau
  • la mise en culture des sites
  • Optimiser le stockage intégré d’énergie solaire
  • Assurer la protection globale du climat

 

En parallèle de ce plan énergétique d’envergure, audacieux et totalement réalisable d’un point de vue technologique et financier pour la France, il faudrait augmenter très fortement le pourcentage des énergies opposables dans les domaines suivants :

 

  • l’hydroélectricité
  • La géothermie
  • Le biogaz
  • La biomasse

 

Pour rappel :

 

Du point de vue mondial, avec de la logique, de la volonté et de la fermeté, il suffirait d’occuper seulement 0,4 pour cent des 40 millions de Km2 de désert de la planète, à un coût bien inférieur à celui des énergies fossiles et nucléaires pour répondre en 20 à 30 ans à tous les besoins énergétiques de l’humanité ! En six heures, les déserts reçoivent plus d’énergie solaire que ce que consomme l’ensemble du genre humain en une année. Chaque km2 de désert reçoit annuellement l’équivalent d’un million et demi de barils de pétrole. Ainsi, la surface totale des déserts est capable de fournir plusieurs centaines de fois l’énergie utilisée actuellement dans le monde. Aucun obstacle technologique n’existe à la réalisation d’un tel projet. Pour transformer l’énergie de notre étoile le Soleil, il suffirait d’utiliser, non pas des panneaux solaires complexes et onéreux, mais comme signalé plus avant de simples réflecteurs solaires thermiques reliés à un banal pipeline d’eau de mer. La vapeur d’eau générée alimenterait de vulgaires turbines. Des cuves de sel fondu serviraient, de leur côté, à restituer la nuit la chaleur stockée durant la journée. Le plus d’une telle solution : l’énergie excédentaire pourrait servir à puiser les gisements d’eau douce fossile et à faire reverdir tous les déserts de la planète !

 

Par cette prise de décision révolutionnaire et audacieuse la France réussirait non seulement sa totale transition énergétique, mais elle deviendrait un exemple, un phare pour les peuples du monde !

 

“Peuple de France, réveille-toi ! Arrêtons de subir, prenons en main notre destin !”


“La différence entre l'impossible et le possible réside dans la détermination.”


(Tommy Lasorda)